CHRONIQUE N°15

CHRONIQUE N°15

10 / 11 / 22
Une magnifique chronique étendue sur un maximum de plateformes. Merci Mélanie !

À VOS MARQUES, PRÊTS, RÂLEZ !

NOTE : 5/5

AVIS : Le second degré et le sarcasme ne vous font pas peur. Vous possédez le don de râler pour un oui ou pour un non. Vous rêvez d’endosser le costume de LA Drama Queen pour une paire d’heures. Alors « J’ai cassé ma biscotte. » est fait pour vous.

Je tiens à adresser un immense merci à Monira Sophan de Cuadra d’oser mettre un grand coup de pied dans la fourmilière. Parce que c’est bien gentil le coaching bien-être, le positivisme, la méthode Coué, mais parfois on ressent juste le besoin de se plaindre. Qui n’a jamais éprouvé un sentiment de plénitude absolue après avoir insulté la terre entière.

L’auteure s’est inspirée de ses propres expériences pour dresser le constat de tout ce qui l’insupporte dans la vie. D’ailleurs, je pense que nous sommes nombreux à nous retrouver dans la plupart des situations exposées.

Le découpage sous forme de saynètes donne du rythme à l’ouvrage et permet de s’offrir de petits moments de détente, par exemple durant une pause-café. La plume est dynamique, le style vif et incisif, l’humour omniprésent et particulièrement sarcastique, l’ensemble est très agréable à lire. Cependant, je vais faire ma Zaza, je trouve qu’il y a un peu trop de mots en anglais. Ça fait moderne, c’est dans le ton de l’ouvrage, mais ça casse parfois un peu le rythme, et ça peut être pesant.

Malgré tout, ce livre demeure très drôle et décomplexant à souhait, même quand l’auteure frôle la limite du politiquement correct, et encore plus quand Zaza tacle Maître Yoda.

Attention, vous risquez de prendre plaisir à vous exclamer : « J’ai cassé ma biscotte. »

Forte du succès de ce premier ouvrage, Monira Sophan de Cuadra vient de publier une version 2.0 de « J’ai cassé ma biscotte. », agrémentée d’illustrations et de saynètes inédites.